Come prima

Sophie Simon

Sélection Prix de la Closerie des Lilas

Celso prétend être un homme heureux et accompli. Cet élégant chroniqueur littéraire profite de la douceur de Rome et de la tendresse d’Antonia, épousée trente ans plus tôt, pour panser les plaies d’une passion dévastatrice.
Mais un jour il reçoit un message. Elena — celle-là même qu’il a eu tant de mal à oublier —, l’informe qu’elle sera bientôt de passage et qu’elle aimerait le voir.
Douze jours, voici le temps qu’il lui reste. Pour revisiter sa grande histoire d’amour, pour comprendre ce qui le rendait si vivant au côté de celle qui l’aurait à coup sûr empêché d’être heureux et accompli.
Douze jours pour savoir s’il est prêt à tout risquer, avec l’espoir de revivre ce frisson, come prima.

Entre drame et comédie, porté par une écriture aussi pleine de grâces que de flèches, le roman met à nu un anti-héros profondément attachant. « Celso, c’est moi dit Sophie Simon. Sa lâcheté, ses angoisses et ses doutes sont les miens ». Mais c’est aussi la combinaison de figures italiennes, le Zeno de Svevo, Mastroianni, Gassman, Sordi, des hommes, superbes et pathétiques, qui ont accompagné l’auteur durant l’écriture de Come Prima, comme dans sa vie.

Couverture Come Prima

Éditions Anne Carrière

« Un suspense sentimental aussi efficace que subtil. Come prima suscite la jubilation. »

Le Figaro Magazine, Christian Authier

« Un roman aussi captivant qu’élégant. »

Point de vue, Jessica L. Nelson

« Un roman bourré de charme, drôle et écrit dans une langue très fluide. Un plaisir à lire. »

Marie-France, Clémence Roux

« C’est à un délicieux voyage romain que nous invite Sophie Simon. Une vraie comédie douce-amère. »

Biba, Samuel Loutaty

« Une tragi-comédie à l’italienne, qui aurait pu être tournée par Ettore Scola ou Dino Risi. »

LH Le Mag, Jean-Claude Perrier

« Sophie Simon s’empare de ce sujet envoûtant qu’est l’amour dès lors qu’il est contrarié. »

L’Obs, Anne Crignon

« S’inspirant de la sensibilité des plus grands comédiens italiens, à l’image de Marcello Mastroianni, Sophie Simon donne corps au personnage de Celso, son double masculin. »

Femme Actuelle, Marc Gadmer

« Un passionnant, drôle et émouvant roman. »

Pro/p(r)ose Magazine, Philippe Poivret

« Sophie Simon sait très bien évoquer dans ce roman les affres de la passion. »

Baz’art

« L’amour à l’italienne par Sophie Simon. »

Viabooks.fr, Guillemette Gire

« La librairie Stendhal à Rome a séléctionné 5 ouvrages pour voyager en Italie. »

le Petit Journal.com, Fiona Lebert
I
Fréquence Protestante

« Anachroniques », Clémence Pouletty

« Très grande justesse des dialogues. Très beau roman, drôle et mélancolique qui vous captivera. »

Mare Nostrum, Christiane Sistac

« On sort de cette lecture envoûtée, bouleversée et mélancolique. Il se joue dans ces lignes tout ce que la littérature tente de percer à chaque roman d’amour. »

Avantages, Nathalie Six

« Sophie Simon s’empare du roman psychologique à l’italienne avec une simplicité gracieuse pour faire le portrait de Celso dont le charme évoque le Zeno d’Italo Svevo. »

Le Mondes des Livres, Raphaëlle Leyris

« Une comédie dramatique sentimentale. »

France Bleu Azur, Le livre coup de coeur, Daria Bonnin

« Un roman très agréable à lire. »

RCF Limousin, Erika

« Drame ou comédie, ce roman est touchant, plein de réalité. »

Radio Dunes, Michel Gardère

« C’est un livre particulièrement agréable à lire, intimiste et drôle à la fois. L’auteur a le sens de la narration, et l’art de dire beaucoup en peu de mots. »

Blog Rue des lettres