des indépendants de l’édition au service des textes

Nouveautés

Le Dernier des siens
Couverture La Hongrie sous Orban
Couverture La Hongrie sous Orban

Lauréate Prix Littéraire 30 Millions d'Amis 2022
Finaliste Prix Femina et Femina des lycéens 2022
Finaliste Prix Renaudot et Renaudot des lycéens 2022
Sélection Grand Prix du roman de l'Académie française 2022
Sélection Prix Maya 2023

« Un ovni dans la rentrée littéraire, un roman d'une beauté hors du temps, et déjà un classique. »
Lire, Patricia Reznikov

« Roman que l’on vous défie de lire sans être submergé par la "solastalgie", ce sentiment de détresse lié à la crise environnementale. »
Télérama, Charlotte Fauve

« Pour ce sujet aussi inattendu que poignant sur la disparition d’une espèce, Sybille Grimbert prend un magnifique chemin de traverse. Chaque phrase, d’une beauté folle, nous interroge sur notre place ici-bas. »
Le Figaro littéraire, Isabelle Spaak

Lauréate Prix Littéraire 30 Millions d'Amis 2022
Finaliste Prix Femina et Femina des lycéens 2022
Finaliste Prix Renaudot et Renaudot des lycéens 2022
Sélection Grand Prix du roman de l'Académie française 2022
Sélection Prix Maya 2023

« Un ovni dans la rentrée littéraire, un roman d'une beauté hors du temps, et déjà un classique. »
LIRE, Patricia Reznikov

« Pour ce sujet aussi inattendu que poignant sur la disparition d’une espèce, Sybille Grimbert prend un magnifique chemin de traverse. Chaque phrase, d’une beauté folle, nous interroge sur notre place ici-bas. »
Le Figaro littéraire, Isabelle Spaak

Tout garder
Couverture Le Rapport chinois
Couverture Le Rapport chinois

Sélection Prix Médicis essais

« Carole Allamand démontre avec Tout garder un très grand talent d'écrivaine, en parvenant à sublimer une vie rabougrie jusqu'à la folie : c'est sans doute ce qu'on appelle littérature. »
Causette.fr, Anna Cuxac

« Entre le devoir de mémoire et celui de rédemption, entre l’impossible pardon et l’impossibilité de s’excuser, Carole Allamand navigue avec beaucoup de dignité parmi les décombres d’une vie de famille dévastée. »
Le Courrier, Amandine Glavarec

« Un récit touchant, parfois poignant, sur le dérèglement de notre rapport aux objets et la puissance secrète des liens familiaux. »
Trois Couleurs, Bernard Quiriny

Sélection Prix Médicis essais

« Carole Allamand démontre avec Tout garder un très grand talent d'écrivaine, en parvenant à sublimer une vie rabougrie jusqu'à la folie : c'est sans doute ce qu'on appelle littérature. »
Causette.fr, Anna Cuxac

« Un récit touchant, parfois poignant, sur le dérèglement de notre rapport aux objets et la puissance secrète des liens familiaux. »
Trois Couleurs, Bernard Quiriny

Les Tourmentés
Couverture La Hongrie sous Orban
Couverture La Hongrie sous Orban

Talent Cultura 2022
Sélection Prix des Inrockuptibles, catégorie premiers romans
Sélection Prix Régine Desforges 2023

« Une œuvre puissante et angoissante [...]. Un excellent et haletant roman. Lucas Belvaux a désormais deux cordes à son arc. Et il vise juste. »
L'Obs, Jérôme Garcin

« Ancré dans le monde contemporain, avec ses laideurs d'âme, ses cruautés nauséabondes, mais aussi ses ses espoirs tenaces, ses silences éplorés, Les Tourmentés donne à entendre le chant splendide de personnages arrivés au bout d'eux-mêmes, et pourtant plein de réserve et d'humanité. »
Télérama, Marine Landrot

«  Un roman psychologique captivant, cinématographique, on est pris du début à la fin, très bien construit, découpé magistralement. »
La Librairie francophone, France Inter, Emmanuel Khérad

Talent Cultura 2022
Sélection Prix des Inrockuptibles, catégorie premiers romans
Sélection Prix Régine Desforges 2023

« Une œuvre puissante et angoissante [...]. Un excellent et haletant roman. Lucas Belvaux a désormais deux cordes à son arc. Et il vise juste. »
L'Obs, Jérôme Garcin

« Ancré dans le monde contemporain, avec ses laideurs d'âme, ses cruautés nauséabondes, mais aussi ses ses espoirs tenaces, ses silences éplorés, Les Tourmentés donne à entendre le chant splendide de personnages arrivés au bout d'eux-mêmes, et pourtant plein de réserve et d'humanité. »
Télérama, Marine Landrot

La ferme de montaquoy
Couverture Le Rapport chinois

« Absolument somptueux. »
Le Monde des Livres, Denis Cosnard

« Le légendaire créateur du Café de la plage revient au dessin après vingt ans d’interruption pour célébrer les beautés du monde agricole. »
Le Point, Romain Brethes

Couverture Le Rapport chinois

« Absolument somptueux. »
Le Monde des Livres, Denis Cosnard

« Le légendaire créateur du Café de la plage revient au dessin après vingt ans d’interruption pour célébrer les beautés du monde agricole. »
Le Point, Romain Brethes

« Un livre splendide ! Si vous aimez la BD vous allez adorer, si vous n'aimez pas la BD vous allez adorer ! »
Télématin, France 2, Olivia de Lamberterie

« L'auteur du Café de la plage construit un objet littéraire mêlant archives, dessins et textes. »
ELLE, Catherine Robin

« Conjuguant ses talents de dessinateur et d'écrivain, Régis Franc, le rat des villes, retrace l'histoire d'une ferme du Gâtinais.. »
Le Journal du Dimanche, Laëtitia Favro

« Un livre splendide ! Si vous aimez la BD vous allez adorer, si vous n'aimez pas la BD vous allez adorer ! »
Télématin, France 2, Olivia de Lamberterie

« L'auteur du Café de la plage construit un objet littéraire mêlant archives, dessins et textes. »
ELLE, Catherine Robin

« Conjuguant ses talents de dessinateur et d'écrivain, Régis Franc, le rat des villes, retrace l'histoire d'une ferme du Gâtinais.. »
Le Journal du Dimanche, Laëtitia Favro

le Brassard
Couverture La Hongrie sous Orban
Couverture La Hongrie sous Orban

Sélections Prix Sport Scriptum 2022
Sélection Prix Jules Rimet 2022

« De cette trajectoire sulfureuse, le magistrat Luc Briand tire un livre passionnant. »
Le Monde, Christine Rousseau

« Un récit biographique exemplaire. »
Le Figaro Magazine, Jean-Christophe Buisson

Sélections Prix Sport Scriptum 2022
Sélection Prix Jules Rimet 2022

« De cette trajectoire sulfureuse, le magistrat Luc Briand tire un livre passionnant. »
Le Monde, Christine Rousseau

« Un récit biographique exemplaire. »
Le Figaro Magazine, Jean-Christophe Buisson

Ne jamais baisser les yeux
Couverture Le Rapport chinois
Couverture Le Rapport chinois

« Écoutez cette femme qui ne baisse jamais les yeux. Écoutez cette voix claire et déterminée. Elle a commencé à collecter à l’âge de 12 ans. À 71, elle dirige le Secours populaire. Une haute idée de la solidarité. »
France Inter, L'invité de 9h10, Sonia Devillers

Précarité : les nouveaux vulnérables avec Henriette Steinberg
France 5, C à vous, Anne-Élisabeth Lemoine

« Un plaidoyer pour une mobilisation de toutes celles et ceux qui peuvent agir contre la pauvreté. »
France 24, L'invité du jour, Damien Coquet

« Henriette Steinberg rend tangible l’incompressible envie d’agir qui l’anime depuis toujours. »
L'Humanité, Camille Bauer

Précarité : "On peut surmonter les difficultés quand on se met ensemble"
RCF, Le grand invité, Clara Gabillet

« Écoutez cette femme qui ne baisse jamais les yeux. Écoutez cette voix claire et déterminée. Elle a commencé à collecter à l’âge de 12 ans. À 71, elle dirige le Secours populaire. Une haute idée de la solidarité. »
France Inter, L'invité de 9h10, Sonia Devillers

Précarité : les nouveaux vulnérables avec Henriette Steinberg
France 5, C à vous, Anne-Élisabeth Lemoine

« Un plaidoyer pour une mobilisation de toutes celles et ceux qui peuvent agir contre la pauvreté. »
France 24, L'invité du jour, Damien Coquet

« Henriette Steinberg rend tangible l’incompressible envie d’agir qui l’anime depuis toujours. »
L'Humanité, Camille Bauer

Roulette russe
Couverture Le Rapport chinois
Couverture Le Rapport chinois

« Léonore Queffélec nous livre un récit intime et touchant. »
La Matinale de France Musique, Jean-Baptiste Urbain

« Avec une plume d'une agréable légèreté, Leonore Queffélec mène le lecteur par le bout du nez, dans un récit autobiographique, loin des déjections intimistes thérapeutiques. »
Causeur, Samuel Bon

« Un magnifique récit. »
France Musique, « Musique Émoi », Priscille Lafitte

« Une histoire mère-fille hors normes. »
RTS, Vertigo, Anne-Laure Gannac

« Un magnifique récit. »
France Musique, « Musique Émoi », Priscille Lafitte

« Léonore Queffélec nous livre un récit intime et touchant. »
La Matinale de France Musique, Jean-Baptiste Urbain

« Avec une plume d'une agréable légèreté, Leonore Queffélec mène le lecteur par le bout du nez, dans un récit autobiographique, loin des déjections intimistes thérapeutiques. »
Causeur, Samuel Bon

« Un magnifique récit. »
France Musique, « Musique Émoi », Priscille Lafitte

« Une histoire mère-fille hors normes. »
RTS, Vertigo, Anne-Laure Gannac

Au départ, nous étions quatre

« Un roman à combustion lente. Une manière de sables mouvants qui avalent le lecteur et le relâchent pantois. L'auteur de ce tour de force, P.E. Cayral, semble déjà d'évidence en pleine possession de ses moyens. »
Le Figaro littéraire, Alexandre Fillon

« L’écriture entrelacée d’alexandrins semble exécuter une valse entre le réel et ce qui l’est moins. P.E. Cayral appuie ce référencement à l’un et au multiple en donnant la parole à chacun des protagonistes, toujours à la première personne comme s’il n’y avait vraiment qu’une seule, même et première voix, comme si ce tour de passe-passe n’était là que pour tester différentes possibilités de vie. »
Libération, Nathalie Agogué

« Un premier roman très réussi. »
Causeur, Samuel Bon

Couverture La Hongrie sous Orban

« Un roman à combustion lente. Une manière de sables mouvants qui avalent le lecteur et le relâchent pantois. L'auteur de ce tour de force, P.E. Cayral, semble déjà d'évidence en pleine possession de ses moyens. »
Le Figaro littéraire, Alexandre Fillon

« L’écriture entrelacée d’alexandrins semble exécuter une valse entre le réel et ce qui l’est moins. P.E. Cayral appuie ce référencement à l’un et au multiple en donnant la parole à chacun des protagonistes, toujours à la première personne comme s’il n’y avait vraiment qu’une seule, même et première voix, comme si ce tour de passe-passe n’était là que pour tester différentes possibilités de vie. »
Libération, Nathalie Agogué

« Un premier roman très réussi. »
Causeur, Samuel Bon

El Gordo
Couverture La Hongrie sous Orban
Couverture La Hongrie sous Orban

« Xavier Mauméjean signe un roman picaresque exceptionnel, drôle et fantaisiste, qui lui permet de mieux décrire l’un des épisodes les plus tragiques du XXe siècle. Pour ne rien gâcher, il écrit superbement. »
Le Figaro Magazine, Nicolas Ungemuth

« Xavier Mauméjean réussit un roman d’aventures foisonnant. À dévorer d’une traite. »
L'Humanité, Sophie Joubert

« Xavier Mauméjean signe avec El Gordo une éblouissante fiction au croisement de l’imaginaire et de l’Histoire. »
Le Figaro littéraire, Christian Authier

« Une aventure picaresque qui ne cache pas les horreurs de la guerre. »
Le Pèlerin, Françoise Toutlemonde

« Xavier Mauméjean signe un roman picaresque exceptionnel, drôle et fantaisiste, qui lui permet de mieux décrire l’un des épisodes les plus tragiques du XXe siècle. Pour ne rien gâcher, il écrit superbement. »
Le Figaro Magazine, Nicolas Ungemuth

« Xavier Mauméjean réussit un roman d’aventures foisonnant. À dévorer d’une traite. »
L'Humanité, Sophie Joubert

« Xavier Mauméjean signe avec El Gordo une éblouissante fiction au croisement de l’imaginaire et de l’Histoire. »
Le Figaro littéraire, Christian Authier

« Une aventure picaresque qui ne cache pas les horreurs de la guerre. »
Le Pèlerin, Françoise Toutlemonde

Diabolo Menthe - Kurys Karsenty
exemple couverture bandeau
exemple couverture bandeau

« Le Montmartre réinventé par Cathy Karsenty, loin de la tentation rétro, son choix de couleurs douces utilisées avec parcimonie et son trait simple et subtil s’enracinent dans une veine à la Sempé donnant à Diabolo Menthe un goût d’éternité. »
Marie France, Céline Augier

Un événement BD avec une immense artiste ! Diane Kurys !
France Inter, La librairie francophone, Emmanuel Khérad

Diane Kurys raconte "Diabolo menthe".
France Inter, C'est une chanson, Frédéric Pommier

« Le Montmartre réinventé par Cathy Karsenty, loin de la tentation rétro, son choix de couleurs douces utilisées avec parcimonie et son trait simple et subtil s’enracinent dans une veine à la Sempé donnant à Diabolo Menthe un goût d’éternité. »
Marie France, Céline Augier

Un événement BD avec une immense artiste ! Diane Kurys !
France Inter, La librairie francophone, Emmanuel Khérad

Diane Kurys raconte "Diabolo menthe".
France Inter, C'est une chanson, Frédéric Pommier

Le Pain Au Ketchup
exemple couverture bandeau
exemple couverture bandeau

En librairie le 7 octobre

« Entre autodérision nihiliste et lyrisme hypocondriaque, c’est Tintin en Bordurie version gonzo. Marius a la faconde maîtrisée, il se raconte avec une certaine sécheresse de plume qui tranche dans le vif. »
LH Le Mag, Sean Rose

En librairie le 7 octobre

« Entre autodérision nihiliste et lyrisme hypocondriaque, c’est Tintin en Bordurie version gonzo. Marius a la faconde maîtrisée, il se raconte avec une certaine sécheresse de plume qui tranche dans le vif. »
LH Le Mag, Sean Rose

previous arrow
next arrow

Elisabeth SAMAMA

Éditrice

Tiffany Meyer

Attachée de presse

Chloé Tipo

Graphiste