Staline a bu la mer

Fabien Vinçon

Première sélection Prix Cazes 2023

1949, Staline est attaqué dans son sommeil par un ennemi invisible : un vent aussi traitre qu’inquiétant. D’après les scientifiques, une étendue d’eau, là-bas, en Asie centrale, serait le berceau de ce souffle sacrilège. Qu’à cela ne tienne, le père des peuples ordonne l’asséchement de la mer d’Aral. Et pour accomplir cette mission colossale, on désigne le jeune ingénieur Leonid Borisov.

Enfant abandonné dans le chaos de la Révolution, Leonid a trouvé jusque-là sa raison d’être à travers le communisme. Mais dans les steppes, loin de la capitale, le doute ne tarde pas à attaquer sa ferveur. Cette mer millénaire mérite-t-elle un tel acharnement ? La puissance de l’homme passe-t-elle par la domination des éléments ?

À travers l’histoire d’une entreprise insensée, Fabien Vinçon raconte le désir destructeur d’un tyran qui affronte le dernier adversaire à sa mesure : la Nature. Ici, rêve et mysticisme se mêlent à la réalité pour livrer l’histoire de l’un des écocides majeurs du XXème siècle.

Éditions Anne Carrière

« La plus grande catastophe écologique du XXe siècle. »

Actualitté, Barbara Fasseur

« Quand la science se met au service de l’absurde, c’est diablement fou. »

Avantages, Nathalie Six

« Une histoire folle servie par une écriture superbe. »

VSD, François Julien

« Le fantastique guette, l’amour aussi. Mélange détonant. »

Le Soir, Pierre Maury

« Mélangeant habilement les tonalités, Fabien Vinçon livre un récit à la fois truculent et terriblement amer. »

Télé 2 semaines, Camille Brun

« Un roman entre folie et surnaturel, où la nature devient ennemie du peuple. Plus exactement du pouvoir sans limite d’un dictateur sans foi ni loi. »

L’Indépendant, Michel Litout
LH Le Mag, Sean Rose
I
RFI

« Vous m’en direz des nouvelles », Jean-François Cadet